Témoignage d'un ancien souffrant


« Comment j’ai guéri mon dos moi-même »

- sciatiques permanentes
> voyez cet exercice sur notre page "sciatique"
- lumbagos à répétition 
> voyez comment les éviter sur notre page "Prévention des maux de dos"
- double hernie discale
> voyez bientôt ma nouvelle vidéo
- spondylarthrite ankylosante (= arthrose du jeune)
> voyez bientôt ma nouvelle vidéo

Malgré les insistances de mon médecin, j’ai refusé de me faire opérer, et aujourd’hui, j’en suis très heureux, car je n’ai plus mal au dos, et mes disques sont rajeunis.

Je me suis beaucoup documenté, j’ai essayé toutes les thérapies alternatives. J’ai rencontré des médecins, des kinésithérapeutes, des chiropracteurs, des ostéopathes, des acupuncteurs. En un mot : je voulais guérir... Et j’ai réussi !


Alors, pourquoi pas vous ?


methodeVous aussi, vous êtes capable
d’avoir un dos « en béton » !


Il vous suffit de 10 à 15 minutes par jour,
sans le moindre effort.


A 30 ans, je ne pouvais même plus porter 5kg.

Aujourd'hui, à plus de +60 ans,
je suis capable de porter ce rugbyman de 103kg.


Attention : n'essayez pas de reproduire ceci, surtout si vous avez plus de 60 ans comme moi.






Vous connaissez beaucoup de "papis" comme moi
qui sont capables de porter plus de 100kg ? 




Et vous ?
Vous avez envie de rester ainsi
et de laisser s'aggraver les problèmes ?


Vous POUVEZ guérir de façon naturelle.

Pourquoi j'ai cherché à guérir à tout prix ?

Simplement parce que je suis un homme...
En effet, une femme accepte plus facilement la douleur. Elle vit plus facilement avec.

Nous les hommes, on est plus douillet. Eh oui, Mesdames, je le reconnais humblement.
Alors, j’ai donc refusé de souffrir...


Mon histoire.

J'ai aujourd’hui plus de 60 ans et je suis en excellente santé.

Je privilégie toujours la santé naturelle, sans négliger la médecine classique quand elle est nécessaire.

Jusqu’à l’âge de 20 ans, je ne connaissais pas les maux de dos.

Tout a commencé vers l’âge de 21 ans. Je roulais beaucoup en voiture (pas trop recommandé), je me tenais mal au bureau, je n’aimais pas marcher (j’ai découvert les plaisirs de la marche à l’âge de 36 ans). J’ai tout d’abord ressenti une fatigue au niveau des reins, puis j’éprouvais le besoin de m’étirer, car je sentais le bas de mon dos fatigué. J’ai continué à travailler sans me rendre compte du tort que je faisais à ma colonne vertébrale.

Un jour, en ramassant mes clés tombées sur le sol, j’ai voulu me relever, et ...aïe ! C’était un lumbago. Je me suis traîné jusqu’à la voiture pour rentrer à la maison et me reposer. J’ai vu un médecin qui m’a donné des médicaments. Ca a duré deux jours, puis j’ai pu reprendre mes activités. Je ne suis pas rendu compte de la gravité de ma situation, et n’ai pas jugé utile de consulter un ostéopathe ou une école du dos.

Les années suivantes, j’ai eu quelques autres problèmes de dos, mais chaque fois, médicaments, voire piqûre (au début, c'estefficace. Ensuite, ça ne fait qu'empirer) et puis ça disparaissait. Cela ne faisait que retarder le problème.

A l’âge de 30 ans, les douleurs ont réapparu, plus fortes encore. Pendant des mois, je boitais à cause de la douleur. Les sciatiques me faisaient souffrir jusqu’au pied. J’avais de plus en plus mal, à tel point que même changer de position dans le lit représentait un effort surhumain et un véritable défi. (Vous connaissez peut-être cela aussi).

Cette fois, j’ai vu une rhumatologue à l’hôpital qui m’a annoncé le verdict : double hernie discale au niveau lombaire, et pour couronner le tout, une spondylarthrite ankylosante au niveau de la hanche et des sacro-illiaques. La hernie discale pouvait être opérée, mais le plus grave, c’était la spondylarthrite ankylosante, autrement appelée l’arthrose du jeune (car elle survient plus jeune que l’arthrose classique), qui est une maladie évolutive et réputée inguérissable, qui « soude » peu à peu vos articulations.

Quand j’ai demandé au médecin quelle était la probabilité d’évolution de la maladie, elle m’a répondu froidement :




« dans le pire des cas,

la chaise roulante à 50 ans... ».







J’ai reçu le verdict comme un coup de poing dans la figure.
 Je lui ai répondu :


« Non, Docteur. Tout mais pas ça... ».
Je suis prêt à faire toute ce qui est possible,
mais je VEUX guérir.




Alors a commencé mon long cheminement vers la guérison.

J’ai vu des kinés qui m’ont fait des massages qui me soulageaient provisoirement, deux ostéopathes qui m’ont fait du bien, un orthopédiste, un acupuncteur qui soulageait bien aussi, mais ne résolvait pas le problème, même un chiropracteur en Hongrie qui m’a coûté très cher,...

En plus de tout cela, je me suis pris en charge moi-même, avec la ferme intention de retrouver la santé.

Vous aimez notre site ? Cliquez et PARTAGEZ sur Facebook


Les thérapies qui m’ont aidé :

- le médecin traditionnel : ce que je reproche à certains médecins, c’est de se limiter aux « instructions » des labos pharmaceutiques, en attendant de devoir opérer... Certains médecins se contentent de vous prescrire des anti-douleurs, mais en réalité, tant que vous n'êtes pas opérable, vous ne les intéressez pas. Quand l’opération devient inévitable, ils vous recommandent « très fortement » tel confrère de tel hôpital qui possède l’appareil du dernier cri, unique dans la région... Aurait-il des intérêts financiers auprès de ce chirurgien ? Certains médecins m’ont avoué que OUI. Il faut donc se prendre en main et trouver soi-même ce qui vous convient. Pour moi, la médecine du futur devra associer la médecine allopathique aux thérapies alternatives qui prouvent chaque jour leur efficacité.

- les médicaments : un mal nécessaire. En cas de douleur au dos, un anti-inflammatoire est souvent recommandé. Ce n’est pas bon pour l’estomac, et si vous exagérez vous risquez en plus de problèmes vertébraux, des problèmes digestifs... Sans compter le risque d’accoutumance.

- les injections péridurales : la première a fait de l’effet pendant un an. La seconde n’a plus produit le moindre effet. C’est souvent le cas. De plus, elles ne font que reporter le problème. Je ne les recommande pas.

- la peur de la chaise roulante. Cette peur pour l’avenir de ma santé m’a fait réagir. Je me suis dit que je ferais TOUT ce qui était possible pour retrouver la santé de mon dos.

- la rhumatologie : à part ma première rhumatologue qui m’a convaincu de m’occuper de mon dos, les autres rhumatologues que j’ai rencontrés méritent peu d’importance, à l’exception d’un génie que j’ai rencontré au Salon Mondial de l’Invention. Ce médecin avait inventé appareil miniaturisé à ondes ultra-courtes à rythme chaotique pulsé (ça fait bien de pouvoir répéter ça d’une traite sans respirer...), qui est aussi efficace que les gros appareils utilisés en physiothérapie dans les hôpitaux.

- la kinésithérapie : ça m’a fait du bien, momentanément, mais les effets m’ont paru de courte durée.

- l’homéopathie : j’avais un médecin homéopathe dont j’étais généralement enchanté. Ici, il m’a dit très honnêtement que le dos était un problème mécanique et qu’il valait mieux voir un ostéopathe. Il a ajouté avec beaucoup d’humour : « L’homéopathie fait souvent des merveilles, mais si vous n’avez qu’une oreille, je n’arriverai pas à vous en refaire une autre... ».

- l’acupuncture. Je consulte souvent un médecin acupuncteur, car c’est une thérapie très efficace. Sauf qu’ici, comme pour l’homéopathie, il faut considérer avant tout les problèmes de dos comme de problèmes mécaniques. 

- la physiothérapie. L'électrostimulation/TENS par électrodes placées aux endroits douloureux envoie un courant électrique d'intensité adaptée procure un effet bénéfique en faussant le signal de la douleur perçu par le cerveau, mais il finit par perdre de l’efficacité par accoutumance.

- le chaud et le froid : l'application de chaleur ou de froid sur les zones douloureuses soulage temporairement la douleur. Le froid, surtout, possède un effet anesthésiant intéressant. J’ai acheté pour environ 4.000€ un appareil de cryothérapie qui envoie du CO2 à une température de -78°. Très efficace mais un peu cher et encombrant.

- la kinésithérapie soulage souvent momentanément, mais guérit rarement, ou alors après très longtemps. Par contre les exercices qu’il m’a proposés étaient judicieux, et je les ai répétés à la maison. Ils m’ont fait beaucoup de bien.

- les méthodes de kiné utilisant les chaînes musculaires (Méthode Mézières,...) : pour moi, c’est probablement le mieux pour le dos. L’inconvénient, c’est la lenteur et le prix. Il faut dix à vingt séances pour obtenir un bon résultat.

- l’ostéopathie : je considère que l’ostéopathe est le meilleur spécialiste du dos. Même guéri, je rends visite à mon ostéopathe deux à trois fois par an. C’est plus sympathique de le rencontrer en bonne santé que plié en deux par la douleur. Pour ma voiture, je fais mes entretiens régulièrement chez mon garagiste. Pour mon dos, c’est mon ostéopathe qui s’occupe de l’entretien.

- les exercices : c’est inévitable. Les exercices sont très bénéfiques et indispensables pour la santé de votre dos. Voyez en page d'accueil de ce site une petite vidéo différente d'un exercice court (30 à 60 secondes) et facile pour entretenir votre dos. Revenez chaque jour pour faire votre exercice quotidien

- apprendre à bien se tenir : c’est une attention de chaque jour. Vous aurez le dos que vous méritez. Voyez les conseils de prévention du dos de ce site.

 

L’imagination qui m’a sauvé.


- je me suis beaucoup documenté sur le fonctionnement de la colonne vertébrale, et me suis imaginé au coeur de mes disques vertébraux. J’ai cherché ce qui augmentait mes douleurs, et ce qui me faisait du bien. Durant des années, j'ai tout expérimenté.

- j’ai recherché les meilleures positions assis ou couché.

- j’ai ressenti une amélioration quand j’étirais ma colonne vertébrale. J’ai alors imaginé les exercices d'étirements les plus efficaces. 

- j'ai testé tout ce qui pouvait faire du bien à ma colonne, et tout ce qui pouvait la remuscler. Et j'ai mis au point ma « Méthode Wilvers » qui retonifie les 258 petits muscles de la colonne vertébrale sans effort.

grâce à tout cela, aujourd'hui, à plus de 60 ans, j'ai un dos en béton. Je suis même capable de porter 100kg.

 


Gardez espoir : la guérison est en vous !

> La hernie discale est moins grave qu’un gros rhume.
Pourquoi ? Parce qu’avec une bonne prévention, on peut l’éviter. Le rhume, non.

> Les rhumatismes et l'arthrose, ce n'est pas inguérissable. J'en suis la preuve bien vivante.


J'ai vraiment GUÉRI MON DOS ?

Mes sciatiques et hernies discales ?
>> Disparues...

Mes problèmes d'arthrose, de rhumatismes et de ma spondylarthrite ankylosante ?
>> Connais plus...


AI-JE DES SECRETS ?

Ben oui, fatalement, j'ai mes secrets. J'ai travaillé plus de 30 ans sur mes problèmes de dos. Je les ai résolus. C'est un vrai plaisir pour moi de partager mes expériences sur ce site.

Et de temps en temps, je dévoile aussi ces secrets...


Et si je vous livrais CES SECRETS ?

Afin de continuer nos recherches sur la santé naturelle, je vous propose de vous en dire plus sur TOUT ce que j'ai fait pour arriver à me guérir.

En contre-partie, je vous demande une petite participation de 9,99 € au lieu de 19,99 €.

OUI,je veux connaître les SECRETS qui vous ont complètement guéri.

En cadeau, je bénéficierai aussi de l’accès illimité aux 30 vidéos de Lecoledudos.org et je donnerai ainsi un modeste coup de pouce à vos recherches ci-dessous :




A quoi servira votre petite contribution ?

Nous terminons divers projets de santé naturelle. 
Par exemple www.exprostate.com, pour éviter aux hommes de plus de 55 ans de devoir se relever la nuit pour se rendre aux toilettes,...
Et encore bien d'autres projets.







Et vous quel est votre problème ? N'hésitez pas à nous laisser un commentaire. Nous vous répondrons rapidement.

Voyez aussi comment éliminer vos crampes nocturnes et les douleurs de croissance de votre enfant.
Jaime Pub
Si vous avez aimé notre site, dites-le nous, et partagez-le sur Facebook !